Faits intéressants sur l'état de l'Érythrée

L'Érythrée est l'un des plus jeunes États de notre planète; ce pays a obtenu son indépendance de l'Éthiopie il y a un peu plus d'un quart de siècle - le 24 mai 1993. L'Érythrée est située en Afrique orientale sur les rives de la mer Rouge. Le territoire de l'État est de 117 000 kilomètres carrés et la population est d'environ 6 millions d'habitants. En 1993, un référendum a eu lieu dans le pays, au cours duquel plus de 90% des citoyens ont voté pour la création d'un État indépendant.

Les habitants de l'Érythrée sont convaincus que c'est sur le territoire de leur pays qu'est né l'ancêtre du grand poète Alexandre Sergueïevitch Pouchkine, Abram Hannibal. Il est né à la fin du 17ème siècle, dans la petite enfance, il a été capturé et emmené au palais du sultan turc. En 1704, le diplomate russe Savva Raguzinsky a amené le garçon à Moscou, où il a été baptisé orthodoxe.

En 2009, un monument à Pouchkine a été érigé dans la capitale de l'Érythrée, la ville d'Asmara. De plus, le monument a été érigé sur la place, qui porte également le nom de Pouchkine. Certaines des œuvres d'Alexandre Sergeevich sont incluses dans le programme scolaire de l'Érythrée.

Selon l'Indice mondial de la liberté de la presse, l'Érythrée est classée dernière au monde pour cet indicateur. Même les médias nord-coréens ont plus de liberté. Tous les médias sont contrôlés par l'État, il n'y a pas de stations de radio ou de chaînes de télévision privées. Étant donné que les relations avec l’Éthiopie voisine sont loin d’être idéales, le service militaire est obligatoire non seulement pour les garçons, mais aussi pour les filles. Les Dodgers sont sévèrement punis.

Malgré la situation économique et politique difficile du pays, l'Érythrée est l'un des pays les plus sûrs pour les touristes de tout le continent. L'attention principale des invités est utilisée par la capitale - Asmara. Mais la libre circulation en dehors de ses frontières est assez difficile, pour cela, vous devez obtenir un permis spécial.

L'épine dorsale de l'économie érythréenne est l'agriculture, qui emploie environ 80 pour cent de la population totale en âge de travailler. Le pays connaît une pénurie de sols fertiles en raison du processus d'érosion. Ils cultivent des bananes, du maïs, des pommes de terre et du blé. La pêche est développée dans les zones côtières. Dans le même temps, la plupart des aliments doivent être achetés à l'étranger.

Depuis 2000, les athlètes érythréens participent régulièrement aux Jeux olympiques d'été. Il y a même quelques succès, en 2004, aux Jeux d'Athènes, l'athlète Zersenay Tadese a remporté une médaille de bronze au 10 000 mètres. Les athlètes de ce pays africain ont même une petite expérience de la participation aux Jeux olympiques d'hiver; en 2018, la skieuse Shannon-Ogbani Abeda a concouru à Pyeongchang coréen. Et il a terminé 61e du slalom géant.

Le véritable casse-tête du gouvernement érythréen est l'équipe nationale de football. Partant à l'étranger, de nombreux joueurs ne sont pas pressés de revenir. Par exemple, en 2009, 12 footballeurs ont fui lors d'une compétition au Kenya. À l'avenir, de telles pousses massives sont devenues monnaie courante. Malgré cela, l'association de football du pays continue de recruter des joueurs pour l'équipe nationale érythréenne.

Jusqu'en 1997, la monnaie monétaire de l'Érythrée était le birr éthiopien, qui a ensuite été remplacé par une nouvelle monnaie appelée nakfa. Il tire son nom de la petite ville de Nakfa avec une population de plusieurs milliers de personnes. C'est cette ville qui est devenue le centre de la lutte pour l'indépendance de l'Érythrée au début des années 90 du siècle dernier. Les pièces de monnaie de ce pays sont en acier inoxydable.

L'Érythrée est l'un des rares pays de la planète à ne pas avoir de langue officielle. L'une des langues les plus répandues sur le territoire de l'État est la tigrinya, qui est parlée par le peuple tigré. L'arabe, l'italien et l'anglais sont également largement parlés.

Les volcans sont l'un des principaux dangers du pays. Il y en a plusieurs ici, l'un des plus actifs est Dubby. Il «somnolait» paisiblement depuis 1861, mais il y a quelques années, il se rappelait bruyamment à nouveau. En 2011, il y a eu une puissante éruption, qui s'est accompagnée de tremblements. les cendres volcaniques ont atteint une hauteur de 13 kilomètres.

L'attraction de Keren, la troisième plus grande ville du pays, est l'ancien baobab, qui pousse à proximité du marché local. Selon les légendes locales, il est un symbole de prospérité. Les habitants de Keren croient en un signe - si une femme sert à un homme une tasse de café sous ce baobab, alors ils seront à la fois riches et sages.

L'enseignement primaire est obligatoire dans le pays pour les enfants de 7 à 13 ans. Dans les écoles publiques, les frais de scolarité sont gratuits. Malgré cela, le niveau d'alphabétisation dans le pays n'est pas élevé pour le 21e siècle. Selon les chiffres officiels, environ 70 pour cent des hommes et moins de 50 pour cent des femmes savent lire et écrire. L'enseignement supérieur peut être obtenu dans une université située dans la capitale de l'Érythrée.