Faits intéressants sur le parasitisme

Il est intéressant de noter que le mot «parasitisme» est formé par la fusion de l'adverbe dépassé «air», signifiant «gratuitement», avec le verbe «yasti», c'est-à-dire «manger», «manger». Une autre définition d'un parasite est le mot «parasite», qui a les mêmes composants mais dans un son moderne.

À l'époque pré-révolutionnaire, le parasitisme était condamné par la société comme un vice, mais ne relevait pas d'un délit pénal.A la racine, l'attitude envers les parasites a changé sous l'URSS. En Union soviétique, le parasitisme était déjà compris comme une existence parasitaire aux dépens non pas des citoyens individuels, mais au détriment de la société tout entière.

Le 4 mai 1961, le Présidium du Soviet suprême de la RSFSR a adopté un décret «sur le renforcement de la lutte contre les personnes (oisifs, parasites, parasites) qui échappent au travail socialement utile et mènent un mode de vie parasitaire antisocial». Et les personnes accusées de parasitisme ont reçu l'abréviation - BORZ (sans profession spécifique).

L'article 209 du Code pénal de la RSFSR a établi la responsabilité de trois formes différentes d'existence parasitaire, formant un corpus delicti indépendant - se livrer au vagabondage, mendier et mener un style de vie parasitaire différent. Sous le concept d'un autre mode de vie parasitaire, mené pendant une longue période, se trouvaient les cas où une personne évite un travail socialement utile et vit avec un revenu non gagné pendant plus de quatre mois consécutifs ou pendant un an au total, et dans cette considérant qu'il a reçu un avertissement officiel sur l'inadmissibilité d'un tel style de vie.

Fait intéressant, en 1954 le célèbre, mais répréhensible au régime soviétique, le poète Joseph Brodsky fut accusé de parasitisme, lui interdisant en même temps de publier son œuvre. Étant donné que l'affaire a reçu une publicité mondiale, tout s'est terminé par l'expulsion de Joseph Brodsky à l'étranger, et non dans les couchettes des prisons.

En 1982, Andropov est arrivé au pouvoir et s'est engagé de près dans la lutte contre le parasitisme. Pendant les heures de travail, des descentes de police ont commencé dans les magasins, les cinémas, les écoles et autres lieux publics. Ils ont vérifié les documents des personnes et découvert la raison pour laquelle la personne était absente du lieu de travail.

La lutte contre le parasitisme a été menée jusqu'à l'adoption en avril 1991 de la loi sur l'emploi de la population, qui abolit la responsabilité pénale pour parasitisme et reconnaît le chômage. À l'avenir, le terme «parasitisme» n'est pas utilisé dans la législation des États post-soviétiques.

Le projet d'ordonnance sur les taxes sur le parasitisme en 2013 a été élaboré par les autorités bélarussiennes. On suppose que le montant annuel des paiements à ce sujet peut s'élever à 2, 6 millions de roubles biélorusses (environ 280 dollars) pour chaque parasite.