Qui reçoit encore une pension d'Hitler

En 2018, 27 citoyens belges percevaient toujours la pension qui leur avait été accordée par Adolf Hitler. Le montant de la pension est de 425 à 1275 euros par mois. Les informations sur ces paiements sont disponibles depuis 2016. Ensuite, le règlement de l'UE est entré en vigueur, qui a obligé les membres de l'UE à échanger des informations sur les pensions payées de l'étranger. Comment cela a-t-il pu arriver?

La pension militaire a été introduite en 1941 par Adolf Hitler pour les Belges qui ont prêté serment de «loyauté, loyauté et obéissance». Les paiements de pension en vertu des lois du Troisième Reich s'étendent aux Belges qui ont adhéré volontairement aux unités SS, ainsi qu'à ceux qui, après l'occupation du pays, ont reçu la citoyenneté du Troisième Reich.

Par décision de la Conférence de Potsdam, tous les décrets émis par Hitler ont été annulés. Mais il y avait aussi des exceptions. Ainsi, après 1949, l'Allemagne est devenue le successeur légal du Troisième Reich dans le cadre du droit international et de toutes les obligations, y compris les droits à pension.

Sur les 80 000 Belges condamnés pour avoir collaboré avec les nazis après la guerre, 38 000 ont reçu une pension militaire nazie supplémentaire.

De plus, depuis 1942, des centaines de milliers de citoyens belges ont été envoyés aux travaux forcés en Allemagne. Après la guerre, le gouvernement de la RFA a reconnu sa responsabilité à leur égard et a attribué des pensions mensuelles aux victimes. Leur taille est aujourd'hui estimée à 50 euros.