Où est le musée des cadavres

Dans la petite ville allemande de Guben (terre de Brandebourg), située près de la frontière polonaise, le musée du Plastinarium et l'atelier du tristement célèbre Dr Gunter von Hagens, surnommé le Docteur Death, ont ouvert pour une visite gratuite ...

Pour la fabrication de ses objets exposés, von Hagens utilise à la fois des cadavres achetés et ceux qui lui ont été légués par des admirateurs reconnaissants de son talent venus du monde entier. Parmi ses sculptures, il y a des corps de prisonniers exécutés qui lui ont été transférés. Le médecin lui-même deviendra également une exposition après sa mort.

Certaines des expositions du professeur étaient russes avant d'être transformées en une œuvre d'art originale. En particulier, on sait avec certitude que du Bureau régional de médecine légale de Novossibirsk, le docteur Death a été envoyé plusieurs dizaines de morts, non réclamés par des proches pour enterrement, ainsi que plus de 440 fragments de cerveau.

Von Hagens a acheté l'usine de quatre étages l'année dernière, a rénové les locaux et l'a adapté à ses besoins. Désormais, les visiteurs pourront examiner en détail les cadavres entiers et leurs propres sections dans diverses poses et états, non seulement humains, mais aussi les cadavres d'animaux, par exemple un éléphant et une girafe. Les autorités de Guben espèrent que le nouveau musée les aidera à attirer les touristes et ainsi revitaliser la vie dans la ville.

Le professeur lui-même rejette toutes les nombreuses accusations de naturalisme et de cynisme excessifs. Les expositions de Hagens représentent non seulement des personnes décédées, mais aussi des animaux qui ont été momifiés, après quoi ils sont exposés dans l'exposition en entier ou sous forme démembrée. Le professeur a inventé la méthode de plastination en 1977. Ce processus comprend le trempage des cadavres dans du formaldéhyde et leur congélation, puis leur décongélation. La graisse et l'eau sont ensuite retirées des cadavres et remplacées par du plastique.

En plus de l'ensemble des figures, l'exposition contient une riche collection de «composants», qui dans toute leur diversité humaine sont disposés dans des vitrines sous verre. Dans des conteneurs spéciaux - squelettes, systèmes nerveux et sanguin, lymphatiques ... Dans une pièce séparée - le Cabinet des curiosités: bébés à deux têtes, "jumeaux siamois" et autres astuces de la nature. Sous le verre se trouvent des embryons: âgés de deux, trois semaines, tous les mois, etc. De toute évidence, la portée de l'affaire Hagens est évidente: il a tout.

Von Hagens invite chacun à «toucher» les organes humains - poumon, foie et œsophage. «Ce n’est pas effrayant», dit-il à ceux qui sont perdus, «après la plastification, le corps n’est plus qu’à 40% de« matière organique », les 60 autres sont des« plastifiants ». L’exposition World of Bodies a été présentée pour la première fois en février 2002.