Les scientifiques de Tomsk ont ​​créé un radar numérique unique pour surveiller l'ionosphère

Une équipe de jeunes scientifiques de l'Université de Tomsk, dirigée par Sergei Kolesnik, a développé un radar météorologique numérique à grande vitesse unique - ionosonde. Son objectif principal est de surveiller et de prédire l'état de l'ionosphère à une altitude d'environ 50 kilomètres.

Ces études sont très importantes pour déterminer les causes des perturbations radioélectriques pouvant résulter des interférences dues aux perturbations dans l'ionosphère. Les météorologues appellent cela «la météorologie spatiale».

Actuellement, dans un certain nombre de pays, il existe des analogues semi-numériques qui lui sont nettement inférieurs à bien des égards, en particulier en ce qui concerne la rapidité et la précision du traitement des données. Ainsi, une ionosonde ordinaire passe plusieurs minutes à conduire un signal de communication radio, tandis qu'une Tomsk n'a besoin que d'une seconde pour cela. Les capacités uniques de l'appareil permettent de réaliser des images tridimensionnelles de haute qualité de l'ionosphère terrestre.

Alors que l'ionosonde «travaille» dans ses murs natifs, elle surveille l'ionosphère dans un rayon d'environ 100 kilomètres. Parallèlement, un autre appareil est en cours d'assemblage pour Roshydromet, qui sera installé prochainement dans l'un des quartiers de la région de Moscou. Les clients potentiels comprennent les services de radiodiffusion et les services répressifs.